Prochaine Table ronde

26 avril 2018 Table ronde sur « Le regroupement familial: bénéfique pour les réfugiés et leur pays d’accueil ».

De nombreux réfugiés sont séparés des membres de leur famille lorsqu’ils fuient leur pays, souvent dans des circonstances traumatisantes. Il s’agit de personnes séparées de leur conjoint/e ou encore, de parents séparés de leurs enfants. Une fois en sécurité dans un pays tiers, le regroupement avec leurs proches restés sur place, devient une priorité. Or, des milliers de réfugiés et personnes admises provisoirement en Suisse restent durablement séparés des membres de leur famille en raison d’obstacles pratiques, administratifs et juridiques au regroupement familial.

Ce sont de longs délais d’attente et des critères financiers qui sont difficiles voire impossibles à remplir. La séparation prolongée entraîne pour les réfugiés une détresse aiguë et cette souffrance psychique porte atteinte à leur santé. Elle entrave également leur intégration en les privant des ressources psychologiques et affectives dont ils ont besoin pour le processus d’adaptation aux nouvelles circonstances du pays d’accueil.

Cette Table ronde réunira des professionnel-le-s de la santé et du droit pour discuter des enjeux médicaux et légaux du regroupement familial. Une meilleure compréhension des différents aspects de cette problématique nous permettra de défendre plus efficacement le droit au regroupement familial pour les réfugiés.

Quand ?   Jeudi 26 avril 2018 à 19h00

Où?           Au Centre social protestant (CSP) 14 Rue du Village-Suisse. Salle Forum I (rez-de-chaussée).

Intervenant-e-s:

Dr Saskia von Overbeck Ottino, est psychiatre d’enfants, d’adolescents et d’adultes et psychanalyste. Elle travaille depuis une trentaine d’années dans le domaine de la psychiatrie transculturelle. En 1997 elle a ouvert la consultation psychologique pour familles migrantes Appartenances-Genève. Elle est médecin-associée aux HUG et responsable de la coordination de l’accès aux soins en santé mentale des requérants d’asile et responsable de la consultation d’ethnopsychanalyse. Elle est présidente d’une commission au niveau européen (Fédération européenne de psychanalyse) Psychoanalysis and Muslim Background qui travaille sur la place de l’environnement et des repères culturels sur le fonctionnement psychique. Elle est membre du comité de rédaction de la revue  » L’autre : cliniques, cultures et sociétés  » et vice-présidente de l’Association Mentale: Suisse-Rwanda, pays où elle se rend depuis bientôt 10 ans dans un projet de développement de la pédopsychiatrie.

Mme Vanessa Ballarin, est travailleuse sociale de formation. Elle a approfondi sa formation par un Master en sciences humaines et sociales avec orientation Migration et Citoyenneté à l’Université de Neuchâtel. Elle a dédié son travail de Master à la construction du travail social en faveur des migrants et aux représentations qui la sous-tendent et a travaillé comme intervenante sociale dans le domaine de l’asile dans le Jura bernois, puis rejoint la Croix-Rouge suisse en 2014. Elle y conseille des personnes souhaitant demander des visas humanitaires durant 3 ans, puis se consacre entre autres à des tâches d’analyse et de lobbying dans le domaine de l’accès légal à la protection internationale. Elle est aujourd’hui responsable adjointe du service Migration.

Mr. Boris Wijkström, est directeur du CSDM. Il a obtenu son brevet d’avocat aux Etats-Unis où il a notamment défendu des migrants en détention administrative. A Genève il a travaillé à l’Organisation internationale des migrations (OIM), à l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et au sein du service réfugiés du Centre social protestant (CSP). En mai 2014 il a été un des membres fondateurs du CSDM.