Actualités

CSDM submits urgent communication to the Special Procedures of the UN Human Rights Council concerning Switzerland’s Dublin practice, 1 October 2018

The CSDM has submitted an urgent communication to the United Nations Special Rapporteur on Torture and the Special Rapporteur on the Human Rights of Migrants concerning Switzerland’s systematic practice of expelling vulnerable asylum seekers in proceedings under the Dublin III Regulation to countries with dysfunctional asylum systems that expose the persons concerned to a real risk of inhuman and degrading treatment.

The Committee against Torture recently held that the expulsion of an Eritrean torture survivor to Italy, where he risked being deprived of the medical care necessary to treat his physical and psychological trauma, and where he would face street destitution, amounted to breaches of Articles 3, 14 and 16 of the United Nations Convention against Torture and other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment (see A.N. v. Switzerland, Communication no. 742/2016; also Swiss parliamentarians interpellation concerning implementation of this decision).

Continuer la lecture de « CSDM submits urgent communication to the Special Procedures of the UN Human Rights Council concerning Switzerland’s Dublin practice, 1 October 2018 »

The United Nations rules that the expulsion of a torture victim to Italy under the Dublin Regulation violates Convention against Torture, 3 August 2018

CSDM obtains a landmark victory for torture victims worldwide: the right to rehabilitation under Article 14 of the United Nations Convention against Torture imposes limitations on a state’s power to expel torture survivors who would face interruption of medical treatment in the country of destination. The Convention against Torture is one of the most widely ratified human rights treaties and has 164 State parties (as of June 2018). 

In a landmark decision of 3 August 2018, A.N. v. Switzerland, Communication 742/2016, the United Nations Committee against Torture ruled that the expulsion of an Eritrean torture victim to Italy under the Dublin Regulation would violate his rights under the Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment by depriving him of the medical treatment necessary for his rehabilitation. A torture victim’s right to rehabilitation is guaranteed under Article 14 of the UN Convention against Torture. The Committee found that the deprivation of medical care which is necessary to treat the physical and psychological after-effects of torture amounts to ill-treatment under Article 16 of the Convention, and therefore engages the State Party’s non-refoulement obligations. Continuer la lecture de « The United Nations rules that the expulsion of a torture victim to Italy under the Dublin Regulation violates Convention against Torture, 3 August 2018 »

B.F. c. Suisse, requête n° 13258/18 CEDH

L’affaire concerne un réfugié au bénéfice d’un Permis F souhaitant un regroupement familial avec sa fille mineure restée bloquée dans un pays tiers. Notre requête à la Cour à Strasbourg conteste le refus des autorités suisses d’accéder à sa demande sous l’angle des articles 8 et 14 de la Convention européenne des droits de l’Homme. Ces articles concernent le droit au respect de la vie familiale et l’interdiction de la discrimination.

Continuer la lecture de « B.F. c. Suisse, requête n° 13258/18 CEDH »

Les obstacles au regroupement familial des réfugiés freinent leur intégration

Opinion publié dans Le Temps, 13 décembre 2017 par Jasmine Caye.

Nouveau rapport juridique sur le regroupement familial des réfugiés en Suisse (anglais)

Le Centre Suisse pour la Défense des Droits des Migrants (CSDM) publie une étude consacrée au respect de la vie familiale des personnes réfugiées et admises provisoirement en Suisse. Les réfugiés fuyant les persécutions ou les conflits sont fréquemment séparés de leurs proches et le regroupement familial est souvent le seul moyen de réunification avec les membres de leur famille.

Cette étude a été réalisée par Stéphanie A. Motz sur mandat du CSDM grâce au soutien du Bureau du HCR pour la Suisse et le Liechtenstein. Elle documente le cadre légal suisse du regroupement familial pour les réfugiés reconnus, ayant obtenu l’asile ou titulaire d’une admission provisoire en Suisse et analyse sa compatibilité avec les obligations internationales de la Suisse en matière de protection des droits humains et des réfugiés, et en particulier avec l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).

Le rapport tient compte des récentes jurisprudences du Tribunal administratif fédéral (TAF) du 21 juin 2017 (F-8337/2015) et du 17 août 2017 (D-3175/2016).

En Suisse, ce sont surtout les étrangers et les réfugiés au bénéfice d’une admission provisoire qui sont confrontés à des obstacles juridiques, administratifs et pratiques rendant difficiles ou empêchant l’accès au regroupement familial. Cette étude analyse la pratique suisse à la lumière des normes internationales et de la jurisprudence récente de la Cour européenne des droits de l’homme. Elle constate que la pratique suisse dans ce domaine ne correspond pas toujours aux obligations suisses en matière de droits humains.

Les conclusions du rapport seront présentées par Stéphanie A. Motz lors de la prochaine Conférence sur le regroupement familial des réfugiés en Suisse à Berne le 21 novembre 2017 qui réunira notamment des représentants du Conseil de l’Europe, de la Croix-Rouge, du HCR et du CSDM.

Le rapport paraît en anglais et sera bientôt disponible en français et en allemand.

« Family Reunification for Refugees in Switzerland: Legal Framework and Strategic Considerations », by Stéphanie A. Motz, October 2017.